LEGENDES D'AUTRES MONDES

Le forum du club
Nous sommes le Mer Déc 13, 2017 6:32 pm

Heures au format UTC + 2 heures




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 931 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 59, 60, 61, 62, 63  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Re: [Films]
MessagePosté: Mar Juin 20, 2017 11:24 pm 
Hors ligne
Membre du club
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim Avr 16, 2006 9:52 pm
Messages: 3471
Localisation: sur mon canapé
pas mieux ;)


Haut
 Profil Envoyer un message privé  
 
 Sujet du message: Re: [Films]
MessagePosté: Ven Aoû 04, 2017 11:55 am 
Hors ligne
Ancien membre
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Mar 25, 2006 11:58 pm
Messages: 5336
Localisation: Là où les Vents du Chaos me portent...
Nolan est un putain de génie ! Voilà, c'est dit ! Bon, je ne vais pas m'en cacher, j'étais déjà plutôt convaincu par son cinéma, et ce avant même de voir Dunkerque. Mais avec sa dernière production, il m'a mis une grosse claque. Je vais essayer de vous expliquer pourquoi; je préviens d'avance, il va y avoir énormément de spoil (pas toujours entre balises) dans ce qui va suivre car pour comprendre pourquoi ce film est, à mes yeux, un petit bijou, je vais devoir m'attarder sur des scènes, des détails, qui en font une grande oeuvre.

Quand j'étais môme, je "fantasmais" devant la vidéothèque de mon oncle; chacune de ces cassettes était impeccablement rangée dans sa boite en plastique supportant une jaquette préalablement découpée dans un magazine. Et sur ces fameuses jaquettes, à la rubrique catégorie, des films comme Le Jour le plus long ou Un pont trop loin étaient classés comme "drame de guerre". Je trouve que cette appellation colle parfaitement à Dunkerque ! Dunkerque n'est pas un film de guerre, il ne peut pas l'être ! Imaginez donc; il n'y a aucun combat, aucune bataille... et plus grave encore, l'ennemi n'est jamais montré ! Un film sur la seconde guerre mondiale sans que l'on aperçoive l'ombre d'un uniforme allemand, c'est déjà, je trouve, une belle audace. Ce n'est pas pour autant que l'on oublie sa présence; dans de remarquables séquences (l'attaque des Stukas, le U-boat), on assiste, impuissant, à la démonstration de sa terrible force, et c'est ce sentiment de vulnérabilité face à un ennemi invisible et invincible, qui nous met de facto dans la même position de fragilité, de désespoir, que la poignée de soldats anglais que nous suivons. L'immersion est d'autant plus efficace qu'à aucun moment nous ne connaîtrons l'identité des protagonistes principaux; nous sommes un anonyme parmi des milliers d'autres, chacun tentant de s'en sortir face à la faucheuse qui frappe au hasard. Il y a une telle absurdité dans le choix des "victimes" que chaque minute nous laisse à penser que l'on pourrait être le prochain; ceux qui croyaient être sauvés ne le seront peut être pas, ceux qui pensaient être condamnés s'en sortiront peut être. Il n'y a aucune certitude et cela met le spectateur dans un inconfort très immersif.

Drame de guerre disais je, mais il serait plus juste de parler de drameS de guerre. Passé dix premières minutes un peu quelconques, et non dénuées d'erreurs grossières (j'y reviendrai dans les défauts du film car il n'en est pas exempt), Nolan transgresse allègrement la règle des trois unités (action, temps, lieu). Trois histoires, trois éléments (la terre, la mer, les airs), trois temporalités différentes, et plutôt que de nous livrer un récit chronologique qui aurait forcément connu des longueurs, il fait le choix de tout éclater, de ne garder que la substance dramatique, et de tout entremêler pour nous livrer une fresque haletante où chaque minute est un pas vers la vie... ou la mort ! Il joue très intelligemment avec nos perceptions, sautant d'un protagoniste à un autre, laissant ses personnages dans une impasse pour coller un autre groupe dans une autre et l'y abandonner, et ceci pendant tout le film (qui a le mérite de ne durer qu'1h40, ce qui est à mon sens juste parfait pour l'exercice, évitant toute redondance ou situations artificielles pour rallonger la pellicule). Il se dégage de tout ceci une tension qui prend véritablement aux tripes, d'autant plus qu'il multiplie les trompes l'oeil, changeant l'angle d'une scène et apportant ainsi un regard totalement différent sur les événements.

Spoiler:
Typiquement, il y a cette scène où un pilote de Spitfire amerrit et salut son coéquipier de la main, lui indiquant que tout va bien... ce qui s'avère être en fait des gestes désespérés pour briser la verrière et pouvoir sortir de son avion en train de couler.


Les transitions ne sont pas laissées au hasard; il y a souvent un dénominateur commun permettant de passer d'une scène à l'autre sans perdre le spectateur et en maintenant la tension précédemment décrite. Nolan disait s'être inspiré du cinéma muet (et il est vrai que Dunkerque est avare en dialogue, ce qui n'est pas pour me déplaire) pour apprendre à jouer sur les détails; cela se ressent dans cette façon de dire beaucoup avec très peu.

Spoiler:
La main gantée du pilote sur la manette des gaz de son avion, hésitant à mettre de la puissance alors qu'il sait qu'il brûle ses dernières gouttes de carburant en est un exemple typique.


La mort est ainsi esthétisée mais n'en est pas moins prégnante. Prenant le contre pied total d'un Il faut sauver le soldat Ryan, il n'y a pas ici de corps déchiquetés, de tripes à l'air. Non, Dunkerque, lui, joue sur la suggestion; une main qui disparaît dans les ténèbres des flots, un plan sous-marin d'une mer transformée en flammes sous l'effet d'une nappe de mazout, ou encore l'écho du cri des marins prisonniers d'un navire en train de couler... autant de scènes fortes où Nolan cherche à attirer bien plus que notre oeil.

L'occasion de parler du travail fait sur le son. C'est bien simple; je pense que le film doit perdre 75% de sa force sans la qualité de ses effets sonores. Jamais la sensation d'avoir les balles qui nous sifflent aux oreilles n'a été aussi grande. Le hurlement des Stukas attaquant en piqué, le sifflement des torpilles ou encore le crachement des mitrailleuses du Spitfire avec ce bruit métallique caractéristique quand il fait mouche... autant de sensations qui restent gravées dans la mémoire au delà des images. Je suis en revanche un peu plus réservé sur la prestation de Hans Zimmer. La musique est omniprésente et pourtant facilement oubliable. Si l'absence d'envolée lyrique comme il aime à le faire sert le propos (celui d'un récit très humain, sans grande figure héroïque), si ses arrangements touchent parfois au génie (quand sa musique se mêle à la sirène des Stukas, renforçant l'effet de terreur qu'avaient ces avions quand ils plongeaient sur leur proie), l'ensemble ne marquera pas les esprits.

Il y aurait encore tant de choses à dire, tant de scènes à analyser...

Spoiler:
Ne serait ce que le huis clos dans la coque du chalutier que les allemands prennent pour cible pour s'entraîner, contrastant avec les plans larges sur la plage ou les séquences de combat aériens.


… mais je vais quand même revenir sur les défauts du film, car il en a, au rang desquels le choix de Nolan de tourner au maximum dans des décors naturels et avec des figurants. Si ce retour au cinéma "à l'ancienne" est respectable, il provoque aussi quelques incohérences.

Ainsi, les dix premières minutes du film, les plus faibles, seront les seules où l'on verra les rues de Dunkerque. Sauf que ces rues sont celles de la Dunkerque actuelle ! Aucun effort n'a été fait pour leur donner une patine historique et il s'en dégage une impression de ville trop propre, loin de ce qu'elle devait être en temps de guerre. Beaucoup plus embêtant, une séquence sur la plage où l'on aperçoit en arrière plan des maisons modernes; même sans être historien, même sans connaître la topographie locale, cela saute aux yeux et cela fait tâche dans une production de cette ampleur. Enfin, ces anachronismes se retrouvent encore dans le dernier plan aérien (celui du Spitfire survolant la plage) où l'on aperçoit des immeubles modernes (même ma conjointe s'en est aperçue). Quelques retouches numériques n'auraient quand même pas été de trop pour le coup.

De même, le numérique aurait pu venir combler ce sentiment de vide que l'on ressent parfois sur les plans larges de la plage. Malgré l'emploi de 4.000 figurants, on n'a jamais le sentiment que 400.000 hommes attendent d'être embarqués. C'est à la fois une force du film (on est là pour suivre une poignée d'individus, pas une armée) et une faiblesse; certaines scènes donnent le sentiment d'un groupe de rôlistes faisant un grandeur nature historique sur la plage de Dunkerque (sentiment renforcé par la présence de bâtiments modernes).

Enfin, l'arc narratif sur le "petit bateau" parti d'Angleterre pour aller secourir les soldats à Dunkerque est un peu plus faible que les deux autres, même si il montre la maîtrise de Nolan pour le huis clos et prend un peu d'épaisseur avec l'arrivée de Cillian Murphy, qui a vraiment une "gueule" bien à lui (ce n'est pas péjoratif).

Reste que Dunkerque n'en est pas moins un film puissant, fresque humaine plutôt qu'historique ou héroïque, se gardant de tout triomphalisme et bourré d'ingéniosité. Oui, il n'est probablement pas l'hommage que certains auraient voulu rendre à l'événement ou un film de guerre à même de révolutionner le genre. Il s'inscrit plutôt dans la lignée de ces films pour lesquels la guerre n'est qu'une toile de fond pour s'interroger sur la nature humaine. Il n'en est pas moins dénué de scènes spectaculaires (la photographie aérienne est splendide), mais ce n'est clairement pas sa vocation première; il faut avoir cela à l'esprit sous peine d'être déçu.

Note: Juste un petit mot sur la polémique que j'ai vu paraître dans certaines critiques ou sur internet concernant le traitement réservé aux français (ou plutôt, l'absence de traitement). A mes yeux, cette polémique est juste inutile et lancée par des gens qui n'ont pas dû voir le même film que moi. Comme je l'ai dit, Dunkerque n'est pas un film de guerre et encore moins un film sur la bataille de Dunkerque qui fut menée par les français. A partir de là, il aurait été totalement incohérent de s'attarder sur le rôle de notre armée qui, à mon sens, bénéficie déjà d'un bel hommage dans l'une des premières scènes (ce sont nos piou-pious qui tiennent la barricade en ville pendant que l'anglais fuit lâchement).

Le film n'exonère aucunement la responsabilité des anglais dans l'abandon des troupes françaises, et c'est souligné à plusieurs reprises:

Spoiler:
Le refus d'embarquer les français sur le quai (english first), les paroles de l'Amiral; "Officiellement, on se retire bras dessus, bras dessous. Officieusement, Churchill veut que l'on rapatrie un maximum de soldats anglais!".


Enfin, dernier élément et non des moindres...

Spoiler:
Je ne vois pas l'intérêt de protester sur le fait que l'un des personnages soit un français déguisé en anglais pour tenter de sauver sa peau.


Cela ne me semble pas être une insulte à notre drapeau (comme j'ai pu le lire) et montre simplement que dans la galère, tout le monde est humain et veut s'en sortir. D'ailleurs, l'un de ses "adversaires", anglais de surcroît, ne dit il pas: "la survie, c'est une question d'égoïsme !" (encore d'ailleurs une très belle scène où celui que l'on pourrait considérer comme le "héros" ne l'est pas tant que ça).

_________________
Gott weiß ich will kein Engel sein


Haut
 Profil Envoyer un message privé  
 
 Sujet du message: Re: [Films]
MessagePosté: Sam Aoû 26, 2017 11:15 pm 
Hors ligne
Membre du club
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar Aoû 01, 2006 11:20 am
Messages: 1579
Localisation: du bon coté de la dague
Vu "Death note" le film:

Aucun intérêt, restez sur le manga.

Par contre, voici un teaser des plus alléchant:

http://seriestreamings.com/stranger-thi ... -2-vostfr/

_________________
"C'est curieux, chez les narrativistes, ce besoin de faire des phrases..."
"les archétypes sont moisis (c'est pour cela que je les prends quasiment tout le temps)" - Jérôme


Haut
 Profil Envoyer un message privé  
 
 Sujet du message: Re: [Films]
MessagePosté: Jeu Aoû 31, 2017 5:32 pm 
Hors ligne
Membre du club
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Sep 28, 2016 9:13 pm
Messages: 91
Localisation: Créteil/Saint maur des fossés
Oui le film japonais est bien mieux, ici c'est un film qui reprend uniquement deux trois choses principales du film/manga mais pas de quoi transcendé le genre...


Haut
 Profil Envoyer un message privé  
 
 Sujet du message: Re: [Films]
MessagePosté: Jeu Aoû 31, 2017 5:33 pm 
Hors ligne
Membre du club
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Sep 23, 2006 5:12 am
Messages: 1713
Localisation: Hum ... une grotte, c'pas mal ça ...
Bah je l'ai trouvé pas si mal moi ...

_________________
Le pouvoir, donnez moi le pouvoir !!!


Haut
 Profil Envoyer un message privé  
 
 Sujet du message: Re: [Films]
MessagePosté: Jeu Aoû 31, 2017 7:25 pm 
Hors ligne
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Ven Mar 24, 2006 4:24 pm
Messages: 5423
Localisation: La tête
Tu dois bien être le seul. :D

_________________
Responsable jdp.
Page Facebook du club
Blog du club


Haut
 Profil Envoyer un message privé  
 
 Sujet du message: Re: [Films]
MessagePosté: Jeu Aoû 31, 2017 9:50 pm 
Hors ligne
Membre du club

Inscription: Lun Juil 31, 2006 5:31 pm
Messages: 1950
Vu Seven sisters jai bien aimé

_________________
Le blog du club
Le site de la MJC de Limeil-Brévannes
Modérateur du forum

"Chacun son village et les Elfes seront bien gardés."
David


Haut
 Profil Envoyer un message privé  
 
 Sujet du message: Re: [Films]
MessagePosté: Jeu Aoû 31, 2017 11:17 pm 
Hors ligne
Membre du club
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar Aoû 01, 2006 11:20 am
Messages: 1579
Localisation: du bon coté de la dague
Vu Wind river

Bon film qui ferait un bon scénario à BIA :p

_________________
"C'est curieux, chez les narrativistes, ce besoin de faire des phrases..."
"les archétypes sont moisis (c'est pour cela que je les prends quasiment tout le temps)" - Jérôme


Haut
 Profil Envoyer un message privé  
 
 Sujet du message: Re: [Films]
MessagePosté: Sam Nov 11, 2017 2:35 pm 
Hors ligne
Ancien membre
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Mar 25, 2006 11:58 pm
Messages: 5336
Localisation: Là où les Vents du Chaos me portent...
Vu (pour les besoins du JdR mais aussi par intérêt pour le sujet) Hooligans, film de Lexi Alexander sorti en 2005, avec notamment Elijah Wood et une poignée de "têtes connues", principalement dans des séries: Charlie Hunnam (Sons of Anarchy), Claire Forlani (Rencontre avec Joe Black), Ross McCall (Band of Brothers)... bref, pas un casting trois étoiles sur le papier mais des "gueules" qui collent aux personnages et pas de faute d'interprétation (mention spéciale à Geoff Bell, "dégoulinant" de haine dans la peau de Tommy Hatcher, le leader des "hools" de Millwall).

Le pitch: Matt Buckner (Elijah Wood donc) se fait injustement virer de Harvard, où il suivait des études de journalisme, pour couvrir un camarade. Désoeuvré, il rend visite à sa soeur, Shannon, installée en Angleterre, où il rencontre son mari Steeve, et surtout son beau frère, Pete, leader des GSE (Green Street Elite), le "club" de hooligans de West Ham United. A ses côtés, Matt va découvrir l'univers des "hools", un quotidien fait de camaraderie, de fraternité, mais également de "fights" où le football n'est qu'un prétexte lointain à un déchainement de violence.

La réalisatrice a le mérite de montrer une réalité crue (au point que le film a faillit être interdit en Angleterre où la question du hooliganisme est particulièrement sensible) et a pu s'appuyer sur de véritables hools pour donner du crédit à son propos, certains jouant leur propre rôle parmi les personnages secondaires. Les mécanismes qui poussent des personnes "ordinaires" (pilote, livreur, informaticien...) à se transformer en fanatiques "abreuvés de haine et de bière" (comme dirait Renaud) sont mis en évidence, dans une photographie tout en nuance de gris qui colle parfaitement à l'image de cette Angleterre de la middle class. Les "bastons" sont filmées à hauteur d'hommes ce qui les rend globalement illisibles et sert le propos; il n'y a pas de notion de victoire ou de défaite dans ces pugilats organisés, chaque camp pouvant se revendiquer comme le "vainqueur". On frappe qui passe à sa portée, on se retrouver à terre le nez en sang sans vraiment savoir d'où le coup est venu. J'ai beaucoup aimé personnellement cette façon de faire qui rend bien le chaos de la mêlée; ces scènes sont qui plus est suffisamment espacées (et courtes) pour éviter une certaine redondance.

Le drame qui se met en place sous nos yeux est convenu mais se laisse suivre sans déplaisir (j'avoue que je n'avais pas vu venir le twist au 2/3 du film)...

Spoiler:
Je pensais "le major" comme une figure mythique du GSE, je ne pensais pas que son identité nous serait révélée et qui plus est que ce serait Steeve.


En conclusion, ce n'est sans doute pas le film du siècle (mais il a quand même reçu deux récompenses du "meilleur film" dans des festivals) mais c'est une oeuvre sérieuse sur un sujet qui ne l'est pas moins. Par certains aspects, il m'a rappelé A Mort l'arbitre (de Jean-Pierre Mocky, sorti en 1984, et qui n'a pas pris une ride). Pourtant, malgré sa volonté de coller à la réalité, Hooligans reste bien moins effrayant que Putain de hooligans, un documentaire paru en 2005, diffusé sur Arte, et qui donne la parole à des hools anglais (à voir absolument si le sujet vous intéresse).

Note: A noter que le film a connu deux suites (d'un autre réalisateur) qui sont, de ce que j'en ai lu, pour le sujet traité ce que Rambo 2 et 3 sont au premier opus en matière de réflexion sur la guerre du Vietnam. A éviter donc...

_________________
Gott weiß ich will kein Engel sein


Haut
 Profil Envoyer un message privé  
 
 Sujet du message: Re: [Films]
MessagePosté: Ven Nov 17, 2017 5:24 pm 
Hors ligne
Ancien membre
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Mar 25, 2006 11:58 pm
Messages: 5336
Localisation: Là où les Vents du Chaos me portent...
Vu Justice League, qui doit être à DC ce que les Avengers sont à Marvel. En préambule, quelques petits rappels:

- Je m'en fous de la guéguerre "mon Marvel il est mieux que ton DC parce que...". Il y a des personnages que j'apprécie chez ces deux "monstres" du comics, des films que j'aime chez les deux, et d'autres que je déteste (surtout chez Marvel ! :mrgreen:).

- Je suis assez fan de ce qu'essaie de construire DC autour de son univers. Pour Marvel, je trouve que cela part un peu trop dans tous les sens entre toutes les franchises, mais j'aime ce qui tourne autour des Avengers.

- Je suis bon public parce que je n'ai juste plus le temps d'aller au cinéma; donc je prends ce qu'on me donne sans en attendre grand chose.

Ceci étant dit...

J'ai déjà souligné à quel point je trouvais que DC faisait du bon boulot sur le casting. Henry Cavill est l'acteur qui m'a fait aimer Superman, et Gal Gadot est juste magnifique en Wonder Woman. J'ai trouvé Ben Affleck bien plus à l'aise dans son costume de Bruce Wayne et même le Alfred version Jeremy Irons m'a convaincu; j'avais eu beaucoup de mal avec ce duo dans BvS, mais cela venait aussi de la vision désabusée de l'homme chauve-souris dans cet opus.

Du côté des nouveaux, c'est aussi impeccable. Je ne connaissais pas Ezra Miller mais je l'ai trouvé plutôt pas mal dans son incarnation de Flash, même si je ne suis pas assez connaisseur pour dire si cette version "adulescent fantasque" est conforme au personnage; il apporte la touche comique à l'équipe mais, à mon sens, sans en faire trop (j'y reviendrai). Ray Fisher est pas mal en Cyborg, même si le personnage en lui-même ne m'a pas transcendé alors qu'il a un rôle assez important dans l'histoire. Reste bien entendu Jason Momoa, (très) attendu en Aquaman; le visuel du personnage est superbe... le rôle de "mec cool qui botte des culs" très convenu. Pas désagréable mais sans génie et parfois un peu too much (la scène de la bouteille de whisky).

Seule déception, Amy Adams, que j'aime beaucoup en Lois Lane mais qui est vraiment rétrogradée au second plan dans ce film.

Côté scénario, on donne dans le minimaliste mais là n'est pas l'intérêt du film; en gros, on a un méchant qui veut détruire la Terre (une constante chez DC où encore une fois, l'échelle de puissance est infiniment supérieure à Marvel) et pour l'arrêter, nos (super) héros vont devoir s'unir puisque Superman n'est plus...

Steppenwolf (quelle idée ce nom, je peux pas m'empêcher d'avoir "born to be wiiiiiiiiiiiiiiild" en tête) est donc expédié en deux scènes, mais quelles scènes ! Entre la bataille mythologique racontant comment il fut vaincu et son comeback sur l'ile des Amazones (que l'on retrouve avec plaisir), ça envoie quand même du bois. Pour le reste, on ne le reverra quasi plus et tant mieux, car ce n'est pas lui qui nous intéresse...

Clairement, Justice League est un film d'exposition sur... la Justice League; sa fondation, sa fonction, son alchimie interne. A ce titre, le "duel" offert entre Bruce Wayne, qui ne se sent pas les épaules pour diriger l'équipe, et Wonder Woman, qui le refuse, offre les meilleures séquences... sans pour autant étouffer les autres protagonistes. Chacun a son utilité, et elle n'est pas qu'axée sur le combat; en cela, et contrairement à la critique lue, je trouve très bien que Flash ne soit pas un combattant de plus; pourquoi un superhéros devrait il forcément être LE guerrier ultime ? Surtout que côté combat, avec une Amazone d'essence divine, le Dieu de la mer et Superman, y'a de quoi faire je pense côté bourrins !

C'est à mon sens l'une des réussites de cette pellicule; chacun apporte ses moyens à l'équipe. Batman gère les sbires, Flash les civils, Cyborg la partie technique, et WW et Aquaman le fight. Bien sûr, Superman gère tout... mais fuck quoi, c'est SUPERman ! Bref, moi ça m'a fait penser à un groupe de PJs avec chacun ses points forts et ses points faibles et à l'heure du combat, certains sont en retrait. Vraiment, ça m'a plu qu'il ne cherche pas à tous être des supers combattants.

En parlant de combats, j'ai trouvé les séquences plutôt bonnes, avec quelques originalités. Je ne reviens pas sur les deux scènes de Steppenwolf (ou le combat final où j'ai plus ou moins exposé le rôle de chacun). J'ai notamment beaucoup aimé celle se passant sous l'eau, et ai même été déçue qu'elle soit un peu courte. A la limite, j'aurai préféré que l'on remplace la scène des Amazones (que l'on connait déjà de Wonder Woman) par une grosse séquence à Atlantis, les combats en milieu aqueux étant moins communs.

J'ai en revanche un petit peu regretté le "twist" autour de Superman:

Spoiler:
Tout d'abord, j'aurai préféré que sa résurrection touche plus au mystique qu'au technique. Là, c'est un "bête" électrochoc qui le ramène dans notre monde, un peu décevant pour un héros de sa trempe. Je n'ai pas aimé aussi qu'il se mette en mode vénère; à mon sens, c'est totalement injustifié quand on voit le "bon" gars que c'est... même si c'est l'occasion d'un affrontement Superman / Wonder woman / Aquaman, les trois gros fighters du groupe.

En revanche, j'ai beaucoup aimé sa réplique à Bruce Wayne: "Tu ne me laisses pas vivre, tu ne me laisses pas mourir !"


Pour le moment, vous l'aurez compris, plutôt du positif et je vais en remettre une petite couche avec "l'humour" que j'ai vu pas mal décrié. J'ai trouvé que les répliques humoristiques faisaient mouche; sans provoquer un rire aux éclats, elles arrachent souvent un sourire. Si Flash est la caution "comique", d'autres répliques ne sont pas mal du tout.

Spoiler:
J'ai été assez fan de la scène d'Aquaman assit sur le lasso de vérité.


Alors effectivement, on est en plein contraste avec le ton habituel chez DC; le très sérieux Man of Steel et les interrogations métaphysiques de Kal-El, ou l'assez sombre Batman vs Superman... mais on est ici dans un film plus positif, plus "pulp", plus... super héroïque ? En tout cas, c'est bien mieux amené que les pitreries de Suicide Squad (même si je t'aime beaucoup Margot Robbie !). J'entends bien que les purs fans crieront à l'hérésie, mais... voilà, ça fait du bien d'avoir des icônes qui se dérident un peu plutôt que des névrosés qui se déguisent en chauve-souris pour venger la mort de leurs parents ou tellement puissants qu'ils se demandent si ils ont leur place dans ce monde.

Vous l'aurez compris, j'ai bien aimé; cela soulève moins de questions que les précédents volets, c'est plus pop-corn, mais c'est agréable. Au final, mon plus gros regret vient de quelques plans sexualisés de Gal Gadot et ça, c'est vraiment dommage, car en la matière, Wonder Woman avait réussi à la sublimer sans jouer sur sa plastique (au demeurant fantastique). On dira que ce "sexisme" ordinaire à Hollywood est compensé par de nombreux plans d'Aquaman torse nu (certain(e)s apprécieront aussi).

_________________
Gott weiß ich will kein Engel sein


Haut
 Profil Envoyer un message privé  
 
 Sujet du message: Re: [Films]
MessagePosté: Mer Déc 13, 2017 2:17 pm 
Hors ligne
Ancien membre
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Mar 25, 2006 11:58 pm
Messages: 5336
Localisation: Là où les Vents du Chaos me portent...
Vu Star Wars VIII - Les Derniers Jedi. C'est dense, très dense. Y a beaucoup de choses (trop pour faire un retour avec un smartphone). Ce n'est pas un 5.5. Y a quelques inspis de L'empire contre Attaque et du Retour du Jedi. Je suis... je sais pas; enthousiaste mais avec une réserve quand même...

Y'a plein de bons moments, des vraies fulgurances, mais aussi des moments vraiment trop TGCLF (Ta gueule c'est la Force). Y a un arc narratif vraiment prenant, un autre plus creux.

Le problème, c'est que le final est juste grandiose (la salle a applaudi et je la comprends). Du coup, on reste sur une putain de bonne impression, alors que durant la projection, plusieurs fois je me suis dit; "ça le fait pas !"

Dernier truc avant un vrai retour constructif; j'ai trouvé Mark Hamill au sommet, vraiment. La déconstruction du mythe Skywalker par lui-même est peut-être le truc le plus jouissif du film.

Edit: Je m'aperçois qu'il y a tellement de choses à dire mais juste un truc... y'a des seconds rôles qui ont vraiment des chouettes rôles.

_________________
Gott weiß ich will kein Engel sein


Haut
 Profil Envoyer un message privé  
 
 Sujet du message: Re: [Films]
MessagePosté: Mer Déc 13, 2017 4:09 pm 
Hors ligne
Membre du club
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim Avr 16, 2006 9:52 pm
Messages: 3471
Localisation: sur mon canapé
pareil, mais en mieux !


Haut
 Profil Envoyer un message privé  
 
 Sujet du message: Re: [Films]
MessagePosté: Mer Déc 13, 2017 4:22 pm 
Hors ligne
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Ven Mar 24, 2006 4:24 pm
Messages: 5423
Localisation: La tête
Donc c'était pas terrible au final, comme prévu.

Sinon je suis la série Dark sur Netflix actuellement, c'est très bon. Même les allemands font de meilleures séries que nous maintenant, mais où va le monde ?

_________________
Responsable jdp.
Page Facebook du club
Blog du club


Haut
 Profil Envoyer un message privé  
 
 Sujet du message: Re: [Films]
MessagePosté: Mer Déc 13, 2017 5:36 pm 
Hors ligne
Membre du club
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Sep 23, 2006 5:12 am
Messages: 1713
Localisation: Hum ... une grotte, c'pas mal ça ...
Ah oui tiens moi aussi, je suis au 3ème épisode. Honnêtement je trouve ça assez long à se mettre en place mais c'est prometteur !

Une autre critique mais qui n'a rien à voir avec l'écriture de la série mais ... ils n'avaient sous la main que des roux ou quoi ? J'ai l'impression que la plupart des personnages sont roux ! De plus je trouve qu'ils se ressemblent tous et parfois j'avoue avoir du mal à savoir qui est qui (ou qui était qui, enfin j'me comprends !)

_________________
Le pouvoir, donnez moi le pouvoir !!!


Haut
 Profil Envoyer un message privé  
 
 Sujet du message: Re: [Films]
MessagePosté: Mer Déc 13, 2017 5:47 pm 
En ligne
Visiteur régulier
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Jan 25, 2010 1:53 pm
Messages: 282
Localisation: Brunoy
Moi je les vois tous blonds ;-)


Haut
 Profil Envoyer un message privé  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 931 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 59, 60, 61, 62, 63  Suivante

Heures au format UTC + 2 heures


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à:  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par phpBB-fr.com